CAE

Mar03282017

Last updateLun, 09 Jan 2017 10am

Back Vous êtes ici : Home Le coin des médias LE COMITE DE PILOTAGE DES CHAMBRES AFRICAINES EXTRAORDINAIRES EN CONCLAVE

Le coin des médias

LE COMITE DE PILOTAGE DES CHAMBRES AFRICAINES EXTRAORDINAIRES EN CONCLAVE

La réunion du Comité de pilotage des Chambres africaines extraordinaires a eu pour cadre la salle de conférence de l’hôtel Ngor Diarama (à Dakar), le jeudi 19 septembre 2013, sous la présidence de M Fafré CAMARA, représentant de la Commission de l’Union africaine.

Etaient présents les représentants des partenaires financiers et techniques : France, Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Etats-Unis, Union Européenne. Le ministère de la Justice du Sénégal était aussi représenté par le magistrat Malick LAMOTTE, Directeur de cabinet du tout nouveau Garde des Sceaux, Me Sidiki KABA, et par M Mamadou DIA, ex-Directeur de l’Administration générale et de l’équipement du même ministère, en sa qualité de Contrôleur interne des Chambres africaines extraordinaires.

Ouvrant les travaux, le Conseiller juridique de l’UA, M CAMARA, a souhaité la bienvenue aux représentants des Pays-Bas et du ministère de la Justice qui assistent pour la première fois à une réunion du comité de pilotage. Puis il a décliné le projet d’ordre du jour qui a été adopté à l’unanimité.

Il portait essentiellement sur le rapport semestriel d’activités des Chambres africaines, le rapport financier et la question de la mise en œuvre du programme de sensibilisation.

Après les exposés de M Aly Ciré BA, l’Administrateur des Chambres africaines, sur le rapport semestriel, suivi de M Amadou Mokhtar SECK, le Responsable administratif et financier (RAF), sur le rapport financier, des discussions très riches ont eu lieu entre les participants.

Globalement, il a été retenu le principe de procéder, dans les meilleurs délais, à une étude en vue du réaménagement du budget, pour tenir compte des besoins nouveaux et assurer une gestion optimale des ressources disponibles. Le programme de sensibilisation devrait démarrer début décembre, pour accompagner le processus d’instruction en cours. A cet égard, des consultations seront engagées, incessamment, par l’Administrateur des Chambres, en vue de procéder à la sélection du Cabinet qui sera chargé de piloter ce volet sensibilisation.

Enfin, le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme a exprimé le souhait de faire partie des partenaires techniques, en vue d’apporter son appui au bon déroulement du procès.